O.MERIJON

peinture

digital

photographie

écrit

ACCUEIL I PARCOURS I BIOGRAPHIE I LES WHITES I EXPO DES WHITES I RELIURES WHITES I CNRS DICT BLANC I
LES WHITES SPIRITS I MUSEE DE LA POSTE I ARIANESPACE I PEINTURE MUSIQUE I LES AMEDEOS I
EXPO INCROYABLE MAIS BLANC I 2008 I DICTIONNAIRE/ LE BLANC I 2009 I PELERIN, UN NUMERO TOUT BLANC I 2010 I EXPO UN BLANC HAUT EN COULEURS I
 
Du " blanc parfait " du " corps blanc ", de la couleur de la neige ou du lis, à l'éclat de l' " arme blanche ", du diamant et du cristal …, le blanc hésite entre absence ou somme de toutes les couleurs, éclat ou pâleur, opacité et transparence, et s'éloigne ou se rapproche de son origine étymologique (blank : " brillant ").

En multipliant les associations symboliques, le blanc se révèle tour à tour absolu, idéal, lumière et matière, hygiène du corps et pureté de l'âme, neutralité, paix, mais aussi vide et silence, espace libre de tous les possibles !
Il témoigne d'une quête obsédante de la blancheur qui est encore celle de notre société contemporaine.

Linguiste au CNRS Annie Mollard-Desfour a notamment collaboré à la rédaction du Trésor de la Langue Française. Les publications des premiers volumes du dictionnaire consacré aux couleurs, Le Bleu, Le Rouge, Le Rose et Le Noir, ont fait d'elle la spécialiste reconnue du lexique des couleurs français contemporain. Elle est présidente du Centre Français de la Couleur.


"Et "Blanc" sort. Blanc absolu. Blanc par-dessus toute blancheur. Blanc de l'avènement du blanc. Blanc sans compromis, par exclusion, par totale éradication du non-blanc. Blanc fou, exaspéré, criant de blancheur. Fanatique, furieux, cribleur de rétine. Blanc électrique, atroce, implacable, assassin. Blanc à rafales de blanc. Dieu du "blanc". (...)

Je sens que le blanc va longtemps garder pour moi quelque chose d'outrancier."

(H. Michaux, "Avec la mescaline", "Misérable miracle", 1956, L'Espace du dedans, 1966, p. 347).

"Le blanc est inaccessible, il se révèle, mais est hors d'atteinte. Blanc. Cette extrême ligne encore présente, courageuse, dans l'immense silence de cet infini secret blanc, banquise à foison et encore plus soleil de nuit, et de jours. Le blanc à la limite du silence dans un infime."

(O. Mérijon, "Réflexions sur les Whites", 2007).

Le Blanc est le cinquième volume de la série de dictionnaires de Annie Mollard-Desfour consacrés aux mots et expressions de couleur du XXe siècle et de la période très contemporaine. Après les champs du bleu (Le Bleu), du rouge (Le Rouge), du rose (Le Rose) et du noir (Le Noir), il nous entraîne, au gré des mots et des expressions, dans cette "couleur" à l'apparente uniformité, aux multiples sens et associations, entre absence ou somme de toutes les couleurs : blanc idéal, peut-être inaccessible, blanc accès direct à la lumière, à l'essentiel et à la vérité, blanc du vide et du néant, source d'angoisse et de terreur. Saisir la nature insaisissable du blanc, percer son silence... Tel est le but de ce dictionnaire qui répertorie mots et expressions du blanc à travers les textes du XXe siècle et du XXIe siècle commençant (de la poésie à l'argot, des romans et chansons aux articles de presse), définit ses nuances, dégage ses diverses utilisations, ses associations, connotations et sens figurés.

White Spirits et les Whites sont les titres donnés par leur auteur, Olivier Mérijon, peintre contemporain, à des séries de toiles blanches qui, dans une multitude de rythmes, de chemins, de lignes, de cassures, de reliefs, de courbes et d'obliques, captent, retiennent ou renvoient la lumière du blanc.
(page 150)
LE BLANC/DICTIONNAIRES DES COULEURS / MOLLARD-DESFOUR/CNRS EDITONS 2008/ISBN:978-2-271-06636-7

 

Quelle est cette absence de couleur qui porte en elle tant de nuances, qui incarne tant d'aspirations et d'angoisses à la fois? Quelles sont les appropriations, par la langue et l'imaginaire collectif, de cet élément familier et insaisissable? Par ce livre, qui réunit définitions, articles, œuvres d'art et textes poétiques sur Le Blanc, Annie Mollard-Desfour, linguiste au CNRS, déjà auteur d'autres dictionnaires de la couleur, retrace la genèse culturelle de ce " quelque chose " que le héros de la Symphonie pastorale décrit à la jeune aveugle Gertrude comme " la limite aiguë où tous les tons se confondent, comme le noir en est la limite sombre [...] quelque chose où il n'y a plus aucune couleur, mais seulement de la lumière ". Consacrer un ouvrage encyclopédique au Blanc, tout un recueil des résonances littéraires, artistiques, mystiques, scientifiques mais aussi des usages quotidiens et concrets de cette notion, revient à explorer la société contemporaine sous un angle inédit.
LAUREN MALKA
LE MAGAZINE LITTERAIRE MAI 2008 N°475
HAUT DE PAGE
 
I
contacts
I